La Chine est impliquée dans un trafic d’organes prélevés de force sur des prisonniers Ouïghours – une minorité musulmane présente dans le pays – et revendus à des prix pouvant aller jusqu’à 500 000 dollars.

Alors que le monde est en pleine protestation collective suite au décès de George Floyd, dont l’interpellation violente et filmée avait suscité l’indignationla découverte d’un trafic d’organes humains pourrait bien continuer d’attiser les esprits. C’est le site Vice qui révèle cette terrible réalité. Petit rappel : après avoir nié pendant de nombreuses années l’existence de camps destinés entre autres aux Musulmans, Catholiques et Tibétains – des ennemis de l’Etat – la Chine a reconnu en 2008 qu’elle abritait effectivement des centres de détentions composés de prisonniers n’ayant pourtant commis aucun délit ni reçu aucune condamnation. Et entre les murs de ces “camps de transformation par l’éducation” de nombreux détenus Ouïghours qui semblent avoir simplement disparu des radars. Et pour cause, selon Gutmann, ils sont tués notamment pour leurs organes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici