Bien que soutenu par Joseph Kabila, le patron de la G?camines, en litige avec l’Isra?lien Dan Gertler, pourrait faire les frais de la politique anticorruption du chef de l’?tat F?lix Tshisekedi. 

Albert Yuma Mulimbi enrage-t-il de ne pas ?tre ? Kolwezi, ce 15 janvier?? Ce jour-l?, la soci?t? Deziwa y inaugure, en grande pompe, une toute nouvelle usine de raffinage du cuivre et du cobalt. « Ce projet, il y a mis tout son talent, toute son ?nergie, r?sume l’un de ses proches. Son absence est un coup dur pour nous. »

Dans le discours qu’il devait prononcer, l’embl?matique pr?sident du conseil d’administration de la G?camines avait pr?vu de se r?jouir du fait que, dans dix ans, la production de Deziwa reviendrait ? 100 % ? la G?camines (celle-ci d?tient actuellement 49 % de son capital). Mais o? sera-t-il, lui, dans dix ans??

Aucune raison officielle n’a ?t? avanc?e pour expliquer son absence, mais nul n’ignore qu’Albert Yuma n’a pas ?t? autoris? ? quitter Kinshasa et que la puissante Direction g?n?rale de migration (DGM) veille ? limiter ses all?es et venues. La faute au litige financier qui l’oppose ? l’Isra?lien Dan Gertler.

C’est l’affaire dite des 200 millions d’euros qui d?fraie la chronique en RDC. L’enjeu est tel que le parquet de Kinshasa s’est saisi du dossier ? la fin de 2019. Albert Yuma – tout comme le directeur g?n?ral et le secr?taire g?n?ral de la G?camines – a ?t? pri? de se tenir ? la disposition de la justice.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici