Au Royaume-Uni, une e-cigarette pouvant ?tre verrouill?e est en cours d’essai afin d’emp?cher toute personne autre que son propri?taire de souffler dessus.

Le Juul C1 e-cigarette est associ? ? un smartphone Android pour limiter les utilisateurs et pour permettre de contr?ler la fr?quence d’utilisation de l’utilisateur. Juul a d?clar? que la C1 ne pourrait ?tre utilis?e que si les gens r?ussissaient les v?rifications de l’?ge et de reconnaissance faciale.Mais les militants anti-tabac ont d?clar? qu’il ?tait trop t?t pour dire si la technologie ferait beaucoup pour emp?cher le vapotage des mineurs.

Juul a d?j? ?t? critiqu? pour le fait que ses produits sont largement utilis?s par les adolescents.

Contr?le juridique

L’ann?e derni?re, la Food and Drug Administration (FDA) des ?tats-Unis a d?clar? que le nombre d’adolescents du secondaire utilisant des cigarettes ?lectroniques ?tait devenu une “?pid?mie”.

Selon le rapport, environ 21% des ?coliers am?ricains s’?taient volatilis?s au moins une fois en 2018.

Au Royaume-Uni, les chiffres de l’association caritative anti-tabac Ashsugg?rent qu’environ 15,4% des Britanniques ?g?s de 11 ? 18 ans ont d?j? essay? la cigarette ?lectronique. Environ 1,6% des m?mes groupes d’?ge les utilisent plus d’une fois par semaine.

En 2018, la FDA a demand? ? Juul et ? quatre autres fabricants d’appareils de vapotage de soumettre des plans visant ? emp?cher les adolescents d’utiliser leurs produits.

En juin, San Francisco a interdit les vapoteurs, interdisant aux magasins de vendre des cigarettes ?lectroniques et interdisant aux entreprises en ligne de les livrer ? des adresses en ville.

Le directeur de Juul UK, Dan Thomson, a d?clar? au journal Financial Times que la C1 ne pourrait ?tre achet?e et utilis?e qu’apr?s que les clients se seraient soumis ? des “contr?les stricts” pour v?rifier leur ?ge et leur identit?.

Deborah Arnott, directrice g?n?rale de Ash, a d?clar? que la C1 avait le “potentiel” d’emp?cher les jeunes personnes d’avoir acc?s ? la cigarette ?lectronique.

Mais elle a ajout?: “Il existe ?galement un risque que les entreprises de e-cig se cachent derri?re la promesse de protection des enfants et de personnalisation du produit, alors que dans la pratique, ils engagent leurs clients dans un outil marketing qui, pire encore, leur donne acc?s ? la sant? personnelle. informations au niveau individuel “.

“Exiger le respect des lois sur la protection des donn?es afin d’?viter que cela ne se produise est essentiel et doit ?tre surveill? de pr?s”, a d?clar? Mme Arnott.

Enregistrement de donn?es

M. Thomson a d?clar? que le syst?me de verrouillage de la e-cigarette pourrait ?tre configur? pour s’allumer automatiquement lorsqu’il n’?tait pas utilis? ou loin du t?l?phone auquel il ?tait reli?.

Juul a indiqu? qu’il envisageait ?galement de mettre ? jour son application pour emp?cher l’utilisation de la C1 dans des lieux publics tels que les ?coles.

Via l’application, les propri?taires pourront surveiller:

  • combien de fois ils vape
  • combien de bouff?es ils prennent
  • localiser leur appareil s’il est perdu

Juul a reconnu que les donn?es lui-m?me ?taient collect?es, mais que ce n’?tait que pour aider ? g?rer l’utilisation de ses produits par les clients. Il a d?clar? qu’il ne vendrait ni ne partagerait les informations sans la permission explicite de l’utilisateur.

Une e-cigarette similaire contr?l?e par une application, appel?e Vype iSwitch, fabriqu?e par British American Tobacco, a ?t? mise en vente au Royaume-Uni en d?cembre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici